Des chercheurs du Langley Research Center de la NASA en Virginie ont franchi une étape importante en effectuant avec succès des vols de plusieurs drones pour évaluer les capacités de vol autonomes des taxis aériens. Ces drones étaient capables de voler sans avoir recours à un observateur visuel, dépassant ainsi la ligne de vue visuelle.

Lisez aussi : L’image du télescope Webb n’est pas seulement glorieuse. Il montre un espace déformé

Remarquablement, ils ont contourné les obstacles et se sont coordonnés pendant le décollage, ont suivi un itinéraire prédéterminé et ont atterri en toute sécurité, le tout sans qu’aucun pilote humain ne contrôle leur vol. Ce test révolutionnaire représente une avancée cruciale dans le développement de capacités de vol autonome pour les taxis aériens.

Dans un communiqué, Lou Glaab, chef de la branche ingénierie des systèmes aéronautiques de la NASA Langley, a souligné que la capacité de faire fonctionner les véhicules au-delà de la ligne de vue visuelle, sans observation humaine directe du véhicule ou de l’espace aérien, témoigne de recherches approfondies sur les systèmes d’automatisation et de sécurité. Cette réalisation nécessitait l’obtention de l’approbation spécifique de la Federal Aviation Administration et de la NASA.

Tester la technologie de vol autonome conçue pour les grands taxis aériens transportant des passagers sur des drones plus petits constitue une approche plus sûre et économiquement efficace pour observer leur capacité à éviter les obstacles et d’autres aéronefs. En outre, la NASA effectue des tests sur la technologie d’automatisation à l’aide d’hélicoptères. Ces avions de substitution aident la NASA à faire progresser les fonctionnalités d’autonomie bien avant que les taxis aériens autonomes ne soient intégrés de manière transparente dans l’espace aérien.

L’équipe a effectué avec succès plusieurs vols à l’aide des systèmes d’avions sans équipage ALTA 8 achetés, communément appelés drones, sans avoir besoin d’un observateur visuel. Ces vols ont été effectués au-delà du champ de vision, dits vols « NOVO-BVLOS ».

Les drones étaient équipés de logiciels facilitant les communications dans l’espace aérien, la gestion des trajectoires de vol et l’évitement d’autres véhicules, entre autres compétences nécessaires pour opérer dans un espace aérien très fréquenté. Ceci est crucial pour l’avenir de l’Advanced Air Mobility (AAM), où drones et taxis aériens coexisteront et fonctionneront régulièrement.

La NASA a l’intention de partager avec le public la nouvelle technologie développée dans le cadre de ce projet, permettant aux fabricants industriels d’accéder au logiciel pour leurs propres conceptions de véhicules. Jake Schaefer, responsable des opérations aériennes du projet, a souligné que la capacité de la NASA à transférer ces technologies profitera grandement à l’industrie.

La NASA a utilisé le système Safe2Ditch, une technologie qui permet au véhicule d’étudier le terrain en dessous et de déterminer de manière indépendante l’emplacement le plus sûr pour atterrir en cas d’urgence en vol. La mission AAM de la NASA englobe de nombreux projets qui contribuent à divers domaines de recherche.

L’un de ces projets, connu sous le nom de High Density Vertiplex, s’est concentré sur l’examen et l’évaluation des sites de décollage et d’atterrissage de ces futurs véhicules, appelés vertiports ou vertiplex. Ces vertiports sont situés à proximité les uns des autres, ce qui nécessite des avancées technologiques pour garantir leur bon fonctionnement.

Lisez aussi: Les astronautes testent l’ascenseur lunaire crucial de SpaceX

Laisser un commentaire