Menu

L’IA n’est pas votre patron. Ce n’est pas un travailleur. C’est un outil.

Avr 5, 2024

À juste titre, le PDG d’une startup qui espère reprendre le IA Le monde apparaît à l’écran avec ce qui semble être un membre robotique.

« J’ai ce morceau de métal en moi maintenant », dit Dmitry Shapiro à propos de ce corset de haute technologie. « C’est plutôt cool, comme un bras de cyborg. » Il s’est rompu le biceps alors qu’il aidait sa famille à évacuer lors des inondations à San Diego, ce qui semble plutôt cool aussi. Puis Shapiro, 54 ans, en admet la cause : récupérer un carton dans le garage. Comme lui et sa femme l’ont découvert par la suite en faisant des recherches, une rupture du tendon du biceps est le plus souvent ressentie par… des hommes d’âge moyen qui ramassent des cartons.

Le problème et la solution étaient à la fois plus ennuyeux – respectivement plus répandus et plus utiles – qu’il n’y paraissait à première vue. Ce qui fait du bras pas si cyborg un visuel encore plus approprié pour la startup de Shapiro et pour l’avenir de l’industrie de l’IA.

Shapiro, un vétéran de la technologie qui dirigeait auparavant des équipes d’apprentissage automatique de Google, a cofondé sa startup YouAI et lancé son produit MindStudio l’année dernière. MindStudio permet aux managers de créer des applications en utilisant tout ou partie des principaux services d’IA, comme GPT-4 Turbo d’OpenAI ou Les Gémeaux de Google. De nouvelles données peuvent être extraites de toutes sortes d’autres bases de données ou documents non IA. Ces applications d’IA peuvent être construites en quelques minutes, visuellement, comme un organigramme, sans que l’utilisateur ait besoin de toucher une ligne de code – de la même manière que Windows s’exécute sur DOS, note Shapiro. (Ce qui n’est pas dit : placer Windows au sommet de DOS a fait de Microsoft l’entreprise la plus riche des années 1980 et 1990.)

VOIR ÉGALEMENT:

J’ai passé une semaine à utiliser des outils d’IA dans ma vie quotidienne. Voici comment ça s’est passé.

Moins d’un an plus tard, MindStudio peut se vanter de plus de 18 000 applications d’IA créées par les utilisateurs (ce qui le place devant Dante AI, un service de chatbot similaire à créer soi-même avec 6 000 applications créées par les utilisateurs). Sa croissance repose entièrement sur le bouche-à-oreille. Encore une fois, le nombre de 18 000 semble génial et un peu terrifiant – comme une rafale de drones – jusqu’à ce que Shapiro propose un exemple qui illustre la banalité de ces applications. Un de ses amis a quitté le monde de la technologie, a acheté une entreprise de nettoyage de piscine et a utilisé MindStudio pour créer un « copilote de nettoyage de piscine » en quelques minutes. Désormais, ses employés testent le pH des piscines et l’application leur indique quoi faire du résultat.

« Les choses que vous pouvez faire avec cela maintenant auraient été considérées comme de la science-fiction l’année dernière », dit Shapiro, suggérant qu’il devrait lire de la science-fiction plus intéressante. Pourtant, son argument est valable. À mesure qu’elle apparaît, cette technologie ressemble moins au Terminator qu’à l’octroi de bras robotiques aux personnes soulevant des cartons.

L’apocalypse de l’emploi reportée

En bref, l’IA devient de plus en plus petite et ennuyeuse – et c’est une bonne chose pour les travailleurs, les patrons et l’économie dans son ensemble.

Lorsque ChatGPT a été lancé en novembre 2022, il avait l’air aussi cool et terrifiant qu’un bras cyborg. Pour certains, cela ressemblait à un Terminator qui ne s’arrêterait que lorsqu’il éliminerait tous nos emplois. Depuis, cela ressemble à l’essor des machines, en particulier depuis la fusion des grands modèles de langage et des applications d’art/vidéo d’IA, créant ce qu’on appelle l’IA multimodale comme Gemini.

Mais en 2024, notre engouement et notre peur s’estompent. Nous sommes tous plus au courant de toutes les manières dont ces machines se blessent. Ils halluciner des faits et des chiffresils peuvent être devenir plus bête et plus paresseuxils sont enclins à d’étranges criseset les laisser naviguer sur Internet sans surveillance peut provoquer des maux de tête juridiques majeurs pour les entreprises — comme nous l’avons vu dans un cas unique en son genre en février lorsque Air Canada a été reconnue responsable des réductions tarifaires inventées par son chatbot IA De nulle part.

« Maintenant, beaucoup d’entreprises se disent ‘attendez une minute, nous allons être tenus légalement responsables des conneries que cette IA crache' », déclare Christopher Noessel, auteur et directeur de conception spécialisé dans l’IA appliquée chez IBM. C’est, dans l’intérêt des entreprises, la bonne réponse, ajoute Noessel : « Je suis vraiment heureux que cette peur se répande dans le monde. »

Sans parler de l’art de l’IA, qui peut apporter ses propres maux de tête juridiques tout en devenant à la fois ennuyeux et normal (au moins sur les réseaux sociaux) et choquant dans le mauvais sens. Plus récemment, Google a mis en pause le programme artistique de Gemini après avoir généré des images mettant en scène des personnes de couleur en tant que soldats nazis, aurait le résultat d’une tentative de renverser le type de stéréotypes raciaux souvent observés dans l’IA générative.

« L’IA générative est là pour rester, mais elle ne sera pas à la hauteur du genre de battage médiatique que nous avons vu l’année dernière », déclare Gary Marcus, un scientifique cognitif et futuriste qui a écrit sur le potentiel des problèmes d’hallucination de l’IA dès 2001.  » Les gens trouveront des utilisations, mais la fiabilité restera un problème pendant longtemps, et vous verrez donc de nombreuses grandes entreprises hésiter à l’utiliser à grande échelle. »

Penser petit

Alors, que peut faire le monde de l’entreprise sur l’IA ? C’est simple : ça peut faire transpirer les petites choses. Gardez-le dans la cage d’une petite application avec des paramètres définis, et l’IA peut vraiment être cet outil pour cette chose que vous ne voulez vraiment pas faire. Les tâches banales, l’analyse des données et les formations mineures peuvent être automatisées de manière à permettre aux employés d’économiser quelques heures chaque semaine, mais cela se traduit par de grandes économies.

UN Rapport 2024 de la société informatique Cognizant – dont les perspectives sont bien plus sobres que la multitude de rapports d’analystes sur l’année 2023, à la mode en matière d’IA – suggère que les applications d’IA pourraient injecter 1 000 milliards de dollars par an dans l’économie américaine d’ici 2032. Cognizant prévient que ce chiffre dépend entièrement du « très décisions humaines » par les managers. Des catastrophes sont possibles si ces managers réduisent leurs effectifs sur la base de la promesse que l’IA remplacera les emplois. Il n’existe pas de solution universelle. « Répondre aux nombreuses questions soulevées par l’IA générative nécessitera du temps, de l’expérimentation et de l’honnêteté intellectuelle », conclut le rapport.

VOIR ÉGALEMENT:

5 questions essentielles à se poser avant d’utiliser l’IA au travail

Une chose qui devient plus claire au niveau managérial : l’apocalypse de l’emploi que nous craignions n’est pas encore en train de se produire, en grande partie à cause de la nécessité de rester aux côtés de la machine et de vérifier son rendement. Les plateformes deviennent plus réalistes quant à la nécessité de surveiller et d’ajuster les applications d’IA en cas d’automutilation. MindStudio, par exemple, dispose d’un onglet important dans son processus de création d’applications qui traite des tests et de la correction des bogues.

Ces petites applications sont des augmentations et non des remplacements. Il est peu probable que vous licenciiez votre service RH simplement parce que l’IA peut l’aider à créer des modules de formation ; Il existe de nombreuses autres bonnes raisons commerciales et juridiques pour confier la gestion de vos ressources humaines à des humains. Ou, pour prendre l’exemple d’une entreprise de nettoyage de piscine, vous ne remplacerez guère les techniciens sur le terrain par des robots. Vous les rendez simplement plus intelligents. Interrogé sur les catégories d’emplois que l’IA pourrait éliminer dans un avenir proche, Gary Marcus n’en propose qu’une seule : « Les acteurs de voix off sont en difficulté ».

VOIR ÉGALEMENT:

Le syndicat des acteurs accepte les voix off de l’IA pour les jeux vidéo

Les cols blancs peuvent alors respirer un peu plus facilement – ​​et leur vie professionnelle pourrait devenir plus intéressante si l’IA prend en charge les choses ennuyeuses. « Dans l’ensemble, ce que nous constatons, ce sont des gens qui prennent des choses banales que les humains font, les automatisent et les rendent plus intelligents, afin que les humains puissent récupérer leur temps », explique Shapiro. « Beaucoup de gens effectuent des tâches qu’ils n’ont pas besoin et qui sont mieux automatisées pour le bien de tous. Nous devons prendre les gens et les faire progresser. La bonne nouvelle est que le recyclage » – avec l’IA impliquée, c’est-à-dire – « devient de plus en plus facile. C’est la marée montante qui soulève tous les navires. »

Humains augmentés par l’IA : qu’est-ce qui pourrait mal se passer ?

Bien entendu, quiconque vit dans un monde soumis au changement climatique a des raisons de se méfier des métaphores basées sur les marées montantes. Quelles conséquences inattendues pourraient résulter de toute cette augmentation de l’IA ? Ces milliers et milliers de petites applications d’IA ennuyeuses pourraient-elles avoir un effet négatif sur le lieu de travail, ou sur le monde, à long terme ?

Eh bien, une question clé est de savoir ce qui se passe si nous oublions comment effectuer toutes les petites tâches ennuyeuses que l’IA prend en charge. Il s’agit d’une vieille peur, qui remonte au moins à la célèbre histoire d’EM Forster de 1909 « La machine s’arrête », dans laquelle la civilisation humaine s’effondre lorsqu’une vaste machine à qui l’on a appris à tout gérer à notre place tombe en panne. Ici, au 21e siècle, nous sommes plus susceptibles de nous souvenir des humains impuissants ressemblant à des bébés du film Pixar. Mur-E: même concept.

Vous ne pensez peut-être pas qu’un concept aussi farfelu s’applique à votre lieu de travail, mais pensez simplement aux connaissances institutionnelles qui se perdent avec chaque employé. Nous oublions tout le temps comment effectuer les tâches clés – et avec une petite IA qui fait le travail fastidieux, nous n’avons peut-être même pas l’impression que cela compte.

VOIR ÉGALEMENT:

4 tâches de travail inattendues facilitées par l’IA

Bien entendu, la dépendance excessive à l’égard de la technologie est un problème auquel nous sommes confrontés, même sans l’IA. Prendre la Scandale de la poste qui bouleverse actuellement le Royaume-Uni. À partir de 1999, un logiciel de comptabilité très ennuyeux fabriqué par la société technologique japonaise Fujitsu a faussement signalé des manques à gagner pour les bureaux locaux. Plus d’un millier de sous-maîtres de poste furent poursuivis pour vol. Beaucoup ont fait faillite en essayant de combler la différence avec leurs propres poches. Des vies ont été ruinées parce que l’on faisait implicitement confiance à la machine plutôt qu’à la parole des humains.

Mais un produit qui n’est pas intrinsèquement digne de confiance ? C’est une autre histoire. Alors que l’IA est désormais largement connue pour ses hallucinations, et que la correction des bugs est au premier plan même sur des plateformes conviviales comme MindStudio, les problèmes d’IA pourraient transformer les cols blancs en mécaniciens qui bricolent constamment dans leurs garages. Autrement dit, ils seront plus méfiants, plus conscients du fonctionnement de l’infrastructure technologique de leur entreprise par rapport à l’ère pré-IA, sans se laisser bercer par la complaisance.

Pourtant, se concentrer sur le peaufinage des applications d’IA pourrait nous conduire vers « un avenir sombre où nous servirions de baby-sitter pour les machines », déclare Noessel, expert en IA d’IBM. « Ce n’est pas un avenir que je souhaite pour mes enfants. » Un avenir sombre similaire est suggéré dans Du sang dans la machine de Brian Merchant, un livre qui relie l’obsession de la Silicon Valley pour l’IA à la lutte des Luddites contre les propriétaires d’usines au 19e siècle. Ces entrepreneurs de la vieille école ont utilisé la technologie du tissage pour remplacer les travailleurs, pour ensuite découvrir qu’ils devaient encore embaucher du personnel pour empêcher les machines de commettre des erreurs.

VOIR ÉGALEMENT:

Comment le boom de l’IA est influencé par la révolution industrielle

Quant aux tâches plus intelligentes et plus créatives que tous ces robots IA ennuyeux vont nous permettre d’accomplir ? Eh bien, pour reprendre les termes popularisés par le psychologue Daniel Kahneman dans son best-seller de 2011 Penser vite et lentementce dont nous parlons, c’est d’un plus grand nombre de travailleurs passant de la pensée du système 1 (réponses rapides et automatiques) à la pensée du système 2 (lent, logique, laborieux, et pour ne pas trop insister là-dessus, très difficile pour beaucoup d’entre nous. ) Mais il se peut qu’un nombre important de travailleurs ne puissent pas passer de l’un à l’autre.

« Que faites-vous des personnes du système 1 si toutes les tâches doivent être lourdes pour le système 2 à cause de l’IA ? » » dit Noessel, qui recommande de « compléter le système » avec des tâches simples et routinières pour les humains, ce qui contribuera à fournir une « pause cérébrale » après toute cette réflexion lente et profonde.

Il n’est peut-être pas accompagné d’un morceau de métal aidant notre cerveau à guérir, mais insérer des contrôles de routine plus ennuyeux dans les flux de notre application MindStudio AI peut en fait être l’équivalent mental d’un bras de cyborg. L’avenir devient ennuyeux, et c’est une bonne chose.

Laisser un commentaire